samedi 28 avril 2018

Vers une meilleure connaissance des milieux marins de Saint-Paul et Amsterdam

Des 3 districts austraux, Saint-Paul et Amsterdam est celui pour lequel nous disposons le moins de connaissances sur les milieux marins. Peu de programmes marins scientifiques ont concerné à ce jour spécifiquement le district. Ainsi, la dernière campagne d'exploration de la biodiversité de ce secteur remonte à 1986. Depuis, les avancées technologiques et conceptuelles permettent d'explorer différemment la biodiversité tout en intégrant une problématique de la gestion et de la conservation des espèces et des habitats. Les caractéristiques océanographiques et géomorphologiques couplées aux données biologiques disponibles laissent présager une biodiversité benthique (ensemble des organismes aquatiques vivant à proximité du fond) et pélagique (vivant dans la colonne d'eau) extrêmement riche et potentiellement vulnérable.

C'est pourquoi l'amélioration de la connaissance sur les milieux marins de Saint-Paul et Amsterdam apparait comme un objectif prioritaire du plan de gestion de la Réserve Naturelle. Cela passera par la mise en œuvre de campagnes océanographiques, côtières et hauturières pour réaliser des inventaires faunistiques et floristiques, et caractériser les communautés benthiques et pélagiques.

En attendant le développement d'un plan d'acquisition de connaissance, certaines données sont obtenues grâce à la pêche.

L'Austral est un navire de pêche familier des hivernants de l'île Amsterdam. Il pêche essentiellement de la langouste, mais réalise aussi quelques missions scientifiques grâce aux 2 agents des TAAF embarqués à bord : un contrôleur des pêches et un agent de la Réserve Naturelle.

Lors de sa dernière marée, un dispositif de prise de vue sous-marine a été créé, avec la collaboration de l'équipe machine de l'Austral. Il permet de descendre à des fonds supérieurs à 50 m, et jusqu'à 120 m.

Une vingtaine de stations ont été ainsi visitées par ce dispositif, et pour la première fois, nous avons pu découvrir les fonds marins des îles Saint-Paul et Amsterdam à de telles profondeurs.


            
Image obtenue entre les lieux-dits « Pointe Schmith » et « Roche Nord », par 61 m de fond © Marc LEMENAGER – TAAF

Image d'habitat benthique à « Roche Nord », par 61 m de fond © Marc LEMENAGER – TAAF

Image obtenue au lieu-dit « Pissotières» sur la côte ouest d'Amsterdam, par 72 m de fond © Marc LEMENAGER – TAAF

Première observation de cabots de fond (Polyprion oxygeneios) dans leur milieu naturel © Marc LEMENAGER – TAAF

Images obtenues à Ribault, sur la côte nord-est d'Amsterdam, par 102 m de fond © Marc LEMENAGER – TAAF

Images obtenues à Ribault, sur la côte nord-est d'Amsterdam, par 102 m de fond © Marc LEMENAGER – TAAF
Cabot de fond (P.oygeneios) à  « Marques Jaunes », sur la côte nord d'Amsterdam, par 54 m de fond © Marc LEMENAGER – TAAF
                                                                   
Nouveau dispositif avec caisson « grandes profondeurs » © Marc LEMENAGER – TAAF

4 commentaires:

  1. De retour en classe, les élèves ont bien apprécié ce nouvel article consacré à la recherche des fonds sous-marins aux abords de St Paul Amsterdam. Avez-vous reçu notre courrier amené par le Marion DUFRESNE?
    Raphaël attend un nouvel article sur les insectes endémiques de St Paul.
    Amitiés celloises

    RépondreSupprimer
  2. Merci Mathias pour ce bel article !
    Désolé de ne pas avoir eu l'opportunité de vous saluer ce coup-ci... on ne choisi malheureusement pas toujours.
    Bon hivernage à toute la base !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marc, et merci encore pour les photos !
      Nos mails nos passaient pas, je ne sais pas si tu le savais, je n'ai même pas pu vous souhaiter un bon retour ! J'espère que tout va bien pour toi
      A bientôt !
      Mathias

      Supprimer