samedi 14 avril 2018

Les entrailles de l’île Amsterdam

Dimanche 8 avril - 6h30. La base est debout et 10 d'entre nous, comme d'autres la veille, partent pour une expédition renversante; l'ascension de Vénus.

Vénus est un bonheur qui se mérite. Il est bon, afin de pouvoir en jouir pleinement, de surmonter diverses épreuves, prévisibles ou inattendues.

La première est d'arriver en un seul morceau et vivant après la traversée du « Grand Tunnel ». Grand Tunnel c'est le nom donné à une coulée de lave de 1500 mètres de long qui relie la base Martin de Viviès au cratère de Vénus. Sur Amsterdam, des coulées il en existe des centaines, peut-être même plus, elles ont été créés naturellement lors des premières éruptions volcaniques il y a des centaines de milliers d'années. A cette époque, la lave en fusion jaillissait des profondeurs de la Terre, refroidissait sous diverses formes et creusait ces immenses tunnels. Avec le temps, ces coulées de lave façonnées par l'érosion du sol environnant ont formé le caractère si particulier d'Amsterdam.

Grand Tunnel © Chloé TANTON


Aux premières lueurs il faut donc gravir la Roche Godon à son rythme, sans chercher à suivre les bourrins qui caracolent loin devant, ce qui pourrait être fatal pour la suite du parcours. Il convient ensuite d'éviter que son sac à dos se transforme en collier à arrêtoir et vous emmène dans les premiers gouffres, spectacle grandiose mais qui présage un atterrissage délicat. 

Arrive alors l'épreuve des bourbiers, cimetière de bottes ensevelies à jamais, que l'on traverse hagard à grands renforts de fiole miracle. 

La descente dans les profondeurs de la Terre est aisée mais il faut maitriser sa vitesse car le sol instable et glissant peut vous faire perdre pied et c'est comme cela que l'on se retrouve empalé dans une touffe de scirpes accueillante. 

© Mathias RÉGNIER

Après le passage des cavités, à effectuer en scaphandre si la météo est mauvaise, la fin du parcours n'est qu'une formalité, à moins que votre cœur ne lâche devant Vénus éblouissante ou encore que les abimes de l'île décident de vous intégrer à leurs lits d'ossements déjà bien garnis.

Vous voilà donc au pied du cratère, prêt à profiter de Vénus et de cette partie de l'île, innocent que vous êtes ! Il vous reste encore à endurcir le soleil de plomb qui vous rougira les épaules désormais incapables de porter le moindre sac à dos rafistolé et à supporter la belle fratrie qui vous accompagne dont les rires incessants, restent l'arme la plus redoutable.

© Chloé TANTON

© Cyprien GRIOT

Chloé - Ornithologue

3 commentaires:

  1. Bonjour aux îliens et aussi un grand bravo pour ces écrits. Une belle figure de style!
    Amitiés celloises

    RépondreSupprimer
  2. Géniale la photo de groupe à la fin et ton récit Chloé, des bisous à tous <3
    Isa

    RépondreSupprimer
  3. Bravo à l'ornithologue poète. Bel exploit !
    Dadou,Pierrette et Arnaud.
    Biz, impatients de suivre les prochaines expéditions.

    RépondreSupprimer