samedi 28 octobre 2017

27 octobre 1892 - Prise de possession officielle de l'île Amsterdam (2/3)

Épisode 2

Lien vers le premier épisode.

Après le passage d’Entrecasteaux, les deux îles ne sont guère fréquentées que par des chasseurs d’otaries, dont la population a quasiment disparue, ou des marins abandonnés, comme le Capitaine Péron qui reste 40 mois sur l’île Saint-Paul, sauvé par Lord McCartney. Il profite de son séjour forcé pour dresser une carte de l’île et chasser les otaries et éléphants de mer.


Carte de l’île Saint-Paul en 1792 selon le Capitaine Péron (Charles Vélain)
© Iconothèque historique de l’océan indien




Chasse à l’éléphant de mer
Mémoires du capitaine Péron



En 1814, suite au Traité de Paris, l’île de France – devenue Maurice – et ses dépendances tombent entre les mains de la couronne britannique. Un document mentionne parmi ces dépendances, en dernier rang, « les îles Saint-Paul et Amsterdam et plusieurs îles incertaines », sans que les îles soient toutefois occupées par les Mauriciens ou les anglais.

En 1842, le capitaine français Mieroslawski, à bord du Cygne de Granville, « découvre » les deux îles qui ne figuraient pas sur sa carte incomplète. Il présente au gouverneur de l'île Bourbon – actuelle Réunion – sa découverte et lui demande de prendre possession des deux îles avec le navire L’Olympe qu’il affrète pour l’occasion afin de « former un établissement de pêcherie » dont il souhaite obtenir la concession. Le gouverneur Bazoche, qui soupçonne Maurice de vouloir en faire de même, donne son accord du bout des lèvres, sans engager la responsabilité du Gouvernement et sans engager aucune dépense. Il donne pour cela mandat et instructions au capitaine Dupeyrat. Un premier procès verbal de prise de possession est rédigé en juillet 1843. Mais le potentiel commercial des deux îles se révèle décevant. Par ailleurs, le Royaume-Uni, au moment même où les relations entre Louis-Philippe Ier et la Reine Victoria s’améliorent avec la signataire de L’Entente Cordiale, conteste la prise de possession. La France demande donc au gouverneur de rappeler la garnison et fait savoir qu'elle ne ratifiera pas le récent acte de prise de possession. Elle accorde toutefois un protectorat à la petite colonie de pêcheurs et autorise un pavillon français. Les établissements de pêcherie disparaissent progressivement et tout le personnel est rapatrié.

Le statu-quo entre la France et le Royaume-Uni dure ainsi des décennies et les îles continuent à être visitées par des pêcheurs français ou des bâtiments de la marine anglaise. Les britanniques, possédant Maurice, le Cap, l’Australie, l’Inde et la Nouvelle-Zélande voient d’ailleurs dans ces deux îles un intérêt géographique et fait naitre des projets de base de charbonnage. Les premières cartes précises des deux îles seront justement réalisées par les britanniques.

 
Carte de l’île Saint-Paul réalisée en 1853 par Lieut. Hutchison & Mr. J.W. Smith
© Iconothèque historique de l’océan indien


 
Toujours sans propriétaires, des expéditions scientifiques y sont néanmoins organisées, comme en 1857 par les naturalistes autrichiens de la frégate Novara. Une carte détaillée de l’île est réalisée et des collections de la faune, la flore et la géologie sont constituées. En 1874 une mission à Saint-Paul a pour but d’observer le passage de Vénus devant le soleil et ainsi mesurer précisément la valeur de l'unité astronomique, autrement dit la distance entre la Terre et le Soleil. Entre temps, un colon réunionnais nommé Heurtin, tente en vain d’y installer une ferme avec sa famille et quatre employés.

Observation sur transit de Vénus sur l’île Saint-Paul en 1874

Suite et fin au prochain épisode...




1 commentaire:

  1. Veuillez voir aussi (au moins pour les images) en allemand: http://www.bernhard-krauth.de/Diplomarbeit.htm

    RépondreSupprimer