mardi 30 juin 2020

Découverte d'une île : Amsterdam

Amsterdam
District de Saint-Paul et Amsterdam
Terres australes et antarctiques françaises (TAAF).
Drapeau des TAAF
Des terres si loin de la métropole (12 000 km), si loin de La Réunion (3000 km) si loin de tout. Elles font partie de la richesse ultramarine française, mais rarement visitées et très peu citées, bien que remarquables par leur nature et leur emplacement.
Le district de Saint-Paul et Amsterdam (parfois encore appelée Nouvelle Amsterdam) se situe dans l'océan indien (38°16'10.0"S - 77°32'30.0"E), à mi chemin entre l'Afrique du sud et l'Australie, approximativement sur la même latitude que Le Cap (Afrique du Sud) ou que Melbourne (Australie), bien plus au nord que Wellington (Nouvelle Zélande). Elle est l'île la plus isolée du monde habité de manière permanente.

Les deux îles sont d'origine volcanique, dont la dernière éruption date de 1792, sont séparées de 90 km.  Elles subissent un climat relativement tempéré (toujours au dessus de 0° et une température moyenne de 14°), avec des vents forts et constants (souvent d'ouest) et une pluviométrie relativement importante (1 110 mm/an).
Ile Amsterdam

Ile Saint-Paul
Son positionnement subantarctique situé sur la ligne de convergence des eaux froides de l'océan austral et celles plus chaudes de l'océan indien, évite l'enneigement et la création d'une calotte glacière.

Amsterdam est la plus grande des deux îles : 58 km², alors que Saint-Paul possède une superficie de 8 km².

La physionomie de l''île d'Amsterdam varie avec des falaises escarpées au sud (dont la falaise d'Entrcasteaux d'une hauteur de plus de 700 m.) et une pente douce au nord.
Falaise d'Entrecasteaux

La partie centrale est composée du cratère principal (la Caldeira, de 1,5 km de diamètre), de nombreux petits cratères secondaires et du plateau des Tourbières.
Les coulées de lave constituent des rivières de roche volcanique et forment des tunnels où la magie opère.



La base Martin de Viviès, abrite les 24 scientifiques, militaires et logisticiens de la 71e Mission. Elle se situe sur la côte nord de l'île, s'étalant sur une pente douce à une centaine de mètres de la mer.
La base Martin de Viviès porte le nom du premier chef de mission
qui a posé le pied sur l'île le 31 décembre 1949

Vue sur l'avenue, rue principale, légèrement montante
jusqu'à la la Résidence (mairie) et la place centrale


Le Skua, salle de vie commune

Quelques cabanes permettent au personnel scientifique de suivre les programmes de recherche hors de la base : Antonelli, Del Cano, Entrecasteaux.

Cabane d'Antonelli

Cabanes d'Enrtecacteaux

Cabane de Del Cano

La flore est variée et dense pour une île australe. L'arbre endémique le Phylica arboréa est étudié, protégé et restauré via un programme qui lui est dédié.











Phylicas arborea - FG


Mais beaucoup d'autres plantes, autochtones ou introduites parementent Amsterdam : scirpes, sphaignes,  fougères...

Isolepis auklandica - FG
Palhinhaea cernua - FG
Racomitrium sp. - FG











espèce de Bryophyte - FG
Megalastrum taafense - FG
Ficinia nodosa - FG








Elaphoglossum succisifolium - FG
Cladonia sp - FG

Callitriche antarctica - FG


cortège de Sphaigne et Austroblechnum penna-marina - FG

La faune amstellodamoise, bien que limitée en nombre d'espèces, est riche par son intérêt scientifique parce que certaines familles sont en voie de disparition, d'où les programmes de recherches, notamment sur les albatros et les gorfous.

Parmi les animaux présents sur l'île, deux espèces de mammifères marins cohabitent : les otaries à fourrure subantarctique et les éléphants de mer.






Au large, passent régulièrement des baleines ou des orques.























Les oiseaux marins sont paticulièrement observés et protégés, dont l'endémique alatros d'Amsterdam, mais aussi l'albatros fuligineux, l'albatros à bec jaune ou à cils noirs, ou encore les gorfous sauteurs.

Albatros d'Amsterdam
Albatros à bec jaune - GP




 
Albatros fuligineux - GP
Albatros à sourcils noirs










Skua ou Labbe subantarctique
Skua ou Labbe subantarctique



Sterne







Sternes

Gorfous sauteurs
Photos :      Jean-Charles MEGIAS
                    FG : Florian GUILHABERT
                    GP : Guillaume PORCHERET

2 commentaires:

  1. Bonjour Amsterdam,

    Merci pour cette belle présentation. Le district contribue à la richesse de notre pays. De ce fait, ilest regrettable que ce petit bout de France, avec ses plantes rares et ses animaux qui y vivent, soit si mal connu de nos compatriotes et notamment de nos scolaires. Il est heureux que ce blog et le programme philatélique des TAAF parviennent à toucher un public plus vaste. Espérons que, grâce au travail des passionnés que vous êtes, ces terres lointaines puissent garder à jamais leur caractère sauvage et hors du temps.

    Pierre M.

    RépondreSupprimer
  2. Merci beaucoup, c'est très intéressant. Les descriptions des paysages, des plantes et des animaux ainsi que les photos sont superbes.

    Vous avez beaucoup de chance de passer quelques mois de votre existence sur ces îles exceptionnelles.

    Bonne continuation !

    Nicole, 82 ans.

    RépondreSupprimer